Services & Usagers

starbucks

Le flux de la ligne, ralenti par son besoin d’être en attente, est régi par les transactions qui ne sont qu’observables par l’entremise de l’interface. Ainsi, dans l’attente de la drogue matinale, une économie de l’échange s’effectue rapidement entre les écrans des consommateurs, les scanneurs des marchands et la connectivité qui les englobent tous invisiblement.

Que le processus commence avec un rappel urgent de l’appel à la connectivité sous le « WI-FI Hotspot login » ou la dépendance à la caféine qui a guidé le flux directionnel des étudiants et des travailleurs vers les distributeurs Starbucks, il est possible d’observer les résultats d’une seconde révolution monétaire, soit sa numérisation. Par conséquent, les dispositifs électroniques devenus intimement personnels, tels que les téléphones cellulaires, ne sont plus qu’uniquement utiles à l’échange des voix ou de l’inscription des pensées, mais à une économie des pratiques devenues nécessaires au quotidien. Ces pratiques, maintenant dans une transposition et dans un mouvement continu entre le réel et l’encodage du réel, sont réalisées, dans ce cas, par le paiement des services et des biens lorsque les employés lisent, par l’extension d’outils électroniques compatibles, les codes de l’application de leur compagnie sur les écrans tactiles des consommateurs ou plutôt des usagers. C’est ainsi avec une promesse de la rapidité et de la facilité, effectivement réalisée, que nous usagers contribuons à la compression de l’espace-temps et au fonctionnement de ce qui se trouve derrière nos interfaces.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *